Service facile et gratuit

Créer un site Internet design

le français pour l'élève au lycée

http://des-cours-divers.jimdo.com/                         

Phédre de J.Racine

 

 

1-Définition du théâtre et de la la tragédie

Théâtre (du grec théomai,regarder)est avant tout un spectacle, les acteurs jouent devant le public en incarnant les personnages d’une pièce.les premiers représentations furent au 17eme siècle lors de l’essor flagrant qu’a connu les créations théatrales.en vérité, au 17e.siécle presque tous les genres sont représentés :theatre,fables,contes oraisons funèbres…Le théâtre était une manière efficace de traduire les mœurs de la société et la souffrance du peuple ;et en même temps dénoncer les abus de la politique ou de la religion.

 

Tragédie selon Larousse : œuvre dramatique dont le sujet est le plus souvent emprunté à la légende ou à l’histoire et qui, mettant en scène des personnages illustrés, représente une action destinée à provoquer la pitié ou la terreur per le spectacle des passions humaines et des catastrophes qui en sont la fatale conséquence

Selon Aristote la tragédie est née des cérémonies en l’honneur de Dionysos, dieu du vin et de l’ivresse chez les grecs célébrées par des chœurs d’hommes et qui devenait par la suite un dialogue entre le chef de chœur et le chœur. P.Levéque pense dans :L’aventure grecque, que tragédie provient des cérémonies expiatoires très primitives ou un bouc(en grec,tragos)était sacrifié en vue de purifier la communauté.

Le théâtre classique (tragédie surtout)est caractérisé par son langage soutenu qui traduit les sentiments suprêmes de l’homme et ses passions fatales. Il suit les règles du temps et de l’espace :

Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli

Tienne jusqu’à la fin du théâtre rempli.

                                        (Art poétique Chant 45-46)

Boileau parle ici d’une unité de temps, de lieu et d’action.

La versification est toujours en Alexandrin classique à rythme binaire 6/6 Et un langage élevé qui reflète les conflits des personnages et l’impasse que créent souvent les dieux ou les passions trop poussées des personnages.

2-Étude du para texte

Dès l’abord de la 1ere page de couverture, on est attiré par le titre :Phèdre. Tant de questions s’opposent surtout pour ceux qui vont lire la pièce pour la première fois :que désigne-t-il  ce nom ?est ce un nom propre ou commun, masculin ou féminin, ?un être humain ou inanimé ?pourquoi l’auteur a-t-il donné ce titre sans autres expansions ?que cherche –t-il a nous transmettre ?

En haut apparait le nom de l’écrivain JEAN RACINE.C’est un écrivain célèbre par ses pièces et ses scandales.

Le 22 déc.1639 est né Racine, fils du J.Racine,contrôleur du grenier a sel de la Ferte-Milon et de Jeanne Sconnin fille de Pierre Sconnin procureur royal des eaux et forets de Villers-Cotterêts

Après la mort de ses parents, ne lui laissant que des dettes, il fut élevé par son grand père Sconnin puis par sa grand-mère paternelle Marie Desmoulins dont la fille ainée Agnès le traitait comme sa vraie mère et qui va être abbesse de Port-Royal. dans ce couvent janséniste Racine a fait ses premières études. Il a appris la langue grecque et latine et les tragédie de Sophocle et d’Euripide dont il s’inspire plus tard dans les siennes. Il a reçu une éducation religieuse austère. En 1677 il se mariera avec Catherine de Romanet et en aura 7 enfants. Dans la même année, il devient avec Boileau l’historiographe du Roi. En1699,Racine est mort laissant 12 pièces dont :Andromaque(1667) ;Britannicus(1669) ;Bérénice(1670) ;Bajazet(1672) ;Iphigénie(1674) et Phèdre(1677).e

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

t voici un tableau représentant Racine et son temps.

Vie et œuvres de Racine

Mouvements intellectuelles et artistiques.

Evénements politiques.

1639 Baptême de Jean Racine

1643Mort du père.la mère en 1641.

1649Racine à Port-Royal chez les Jansénistes

1654-1655 classes de seconde et première au collège de Beauvais qui appartient aux jansénistes.

1655-1658 retour à Port-Royal(il a pour maitre Lancelot, Nicole, Antoine le Maitre et Hamon.

1659 Demeure à Paris ,fit connaissance avec La Fontaine.

1660 Ode en l’honneur du mariage du Roi

1677 Première représentation de Phèdre et montée de la cabale.

Mariage de Racine avec Catherine de Romanet (7 enfants)

Historiographe du Roi

1685 Racine, directeur de l’Académie Française.

1690 Racine nommé gentilhomme ordinaire du Roi

1699 mort de Racine

1622 baptêmes de Molière

1634, Académie Française

1636 le Cid de Corneille

1637 Discours de la méthode. Descartes.

1668,les Pensées, Pascal

   Les Fables, de la Fontaine

1657, naissance de Fontenelle

1650 1er microscope

1663 le Notre ?parc de Versailles

1665 Académie des sciences

1677 carte de la France

1673 le Malade imaginaire de Molière

1624,Richelieu premier ministre

1642,mort de Richelieu

1643-1661régence d’Anne d’Autriche

1643,Mazarin premier ministre

1648,la France gagne l’Alsace

1643-1715, Règne absolu de Louis XIV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Phèdre

Phèdre est une des 9 pièces profanes de Racine, écrite en 1677.Elle fait parti du théâtre classique du 17ème s.déja commencé par Corneille et Molière..Phèdre est une tragédie qui représente l’univers tragique légendaire des Grecques.

3-Composantes du texte.

La pièce de Phèdre se compose de 5 actes et 30 scènes dont 4 monologues(p77,93,95,107)

Le 1er, acte III sc.2 :Phèdre implore l’aide de Venus après avoir échoué à convaincre Hippolyte a l’aimer.

2ème ,acte IV sc.5 :Phèdre est totalement brisée par la nouvelle surprenante que Hippolyte aime Aricie.

3ème ,Acte IV sc. IV ou Thésée damne son fils et implore l’aide fatale de Neptune pour venger sa dignité.

4ème :Dévoré par le doute, Thésée cherche à comprendre la vérité.

Personnages :

Thésée :fils d’Egée, roi d’Athènes et époux volage de Phèdre disparu dans l’une de ses aventures.

Phèdre :femme de Thésée et fille de Minos et de Pasiphaé et Reine qui est tombé amoureuse de son beau-fils

Hippolyte :fils de Thésée et d’Antiope, la reine des Amazones. Il aime Aricie et refuse l’amour de sa belle-mère Phèdre.

Aricie :Princesse du sang royal d’Athènes prisonnière chez Thésée, sœur des Pallantides.Aimée par Hippolyte.

Théramène :gouverneur d’Hippolyte qui va nous raconter à la fin la mort tragique de son maitre.

Oenone :nourrice de Phèdre et sa confidente. C’est elle qui pousse Phèdre à accuser Hippolyte à tort.

Panope :femme de la suite de Phèdre qui va nous rapporter l’agonie de celle-ci et le suicide de Oenone

Ismène :confidente d’Aricie.

Gardes.

Résumé :

Hippolyte se prépare pour partir chercher Thésée,son père et fuir la jeune Aricie qu’il aime ;alors que Phèdre gémit sous le poids d’une douleur extrême .Sous l’empressement de sa nourrice ,Oenone,elle  avoue son amour illégitime pour Hippolyte.Celui-ci était très stupéfait de cet aveu et il le refuse malgré les rumeurs annonçant la mort de son père thésée.Phèdre a tenté vainement de le convaincre par ses pleurs et en le séduisant par le trône .Le retour d’Hippolyte inattendu de Thésée accélérera le dénouement tragique de la pièce.Ainsi Phèdre accuse Hippolyte à tort de l’avoir séduisée,celui-ci est damné par son père qui n’a pas pu retenir sa colère pour discerner entre la vérité et le mensonge :Jupiter a vite exhaussé ses vœux ,Hippolyte est mort à la sortie de Trézène.

Phèdre ressent le bourrèlement de sa conscience, mais son repentir était trop tard !Elle révèle la vérité en innocentant Hippolyte et meurt en s’empoisonnant après le suicide de sa nourrice. Thésée décide de protéger Aricie.

L'action se déroule àTrézène ,commence à l’aube et finit vers le soir.

 

 

.

                       

 

 

 

 

 

 

 

  L’exposition

   Acte I SC I .Hippolyte et Théramène(Du 1er vers jusqu’au vers 65)

Dès l’abord, c’est Hippolyte qui prend la parole .Il veut partir et quitter trézène qu’il aimait pour son calme et sa beauté pour chercher son père.Personne ne sait jusqu’ici ou il est.la lecture des vers 17 et 21 montre que c’est roi et héros meme volage et qu’il est absent depuis 6 mois.dès le début ,le monde grec apparait avec force :les cités(Tézène,Athène),la mer Egée et la mer ionienne,v10  ,Icare..;les fleuves(l’Achéron)les héros antiques (Pasiphaé,Minos,les fils pallas…) ;les régions :le Cap Ténére,l’Elide..

Mais le départ d’Hippolyte n’est pas très bien justifié car après on saura qu’il fuit deux personnages :l’une Aricie qu’aimait peut-être et de Phèdre ,la femme de son père.celle-ci lui réserve une haine injustifiable. Mais sa belle –mère **une femme mourante et qui cherche a mourir **v44

Tant de questions s’opposent dès le début :-Pourquoi Thésée est –il disparu ?ou est-il ?arrivera-t-on à le retrouver ??-pourquoi Phèdre hait Hippolyte ?-comment ?-pourquoi ?-

-Cette femme mourante ou bien qui cherche à mourir ?

-Quel est ce mal qu’elle cherche à étouffer ?

-Pourquoi est –elle lasse d’elle –meme ?

-pourquoi Hippolyte hate le départ ? est-il vraiment amoureux ?Aricie,l’ennemi de Thésée,est –elle celle qu’il aime ?

Quelle seront les événements suivant cette exposition ?et quel role joueront –il pour aboutir au dénouement ?

Quant on détermine les champs lexicaux qui dominent dans l’exposition , on peut préciser le champ lexical du tragique :le doute mortel v3 crainte v9 chez se perdre les mort v12 fatale v25 devoir v27 chagrin ,péril v33 les dieux v35 douleur v37 femme mourante et qui cherche à mourir v44….

C’est un champ très riche et qui nous permet de s’ouvrir sur une atmosphère tragique ou la vie des personnages sera mise en jeu.

Figures de style:

Le texte aussi est riche d’image stylistique comme les métaphores tragiques (doute mortel, qui vit tomber Icare, jeunes erreurs) ;

-Les périphrases :la fille de Minos et de Pasiphaé=phèdre,reste d’un sang fatal=Aricie

Métonymie :tête si chère.

L’ellipse (traduisant la hàte,l’urgence :je part…et quitte l’aimable trézène .

-Réticence :quel péril ou plutôt quel chagrin ?v.56…

-Litote : si je la haïssais je ne la fuirais pas v.56

S’ ajoute à cela l’aspect fortement poétique de la pièce et l’ harmonie des rythmes et les sonorités( parfois étranges (Minos et Pasiphaé )v36

Une autre question :cet Hippolyte se montre un jeune qui aime et admire son père malgré la mauvaise conduite(de celui-ci). Il le défend même contre les dires de Théramène et prêt à s’aventurer dans sa recherche. Mais Hippolyte aime Aricie emprisonnée par Thésée.

Arriverait-il à fléchir son père et lui révéler un amour interdit. Quel sera la réplique de Thésée si il est revenu ? Quittera –t-il vraiment Trézène ? Se mariera-t-il avec Aricie ? Racine a su nous séduire par son exposition et nous obliger de lire la pièce pour répondre à toutes ces questions.

Intérêt de Phèdre.

Dans sa préface de Phèdre de 1677,Racine a expliqué la moralité da Phèdre : « les moindres fautes y sont sévèrement punies. La seule pensée du crimes y est regardée avec autant d’horreur que le crime même.les faiblesses de l’amour y passe pour de vraies faiblesses… » L 70-71-72.

En effet, dans Phèdre, il y a une portée humaine très importante et une critique sévère des vices humains ; d’ailleurs qui sont sanctionnés tragiquement.C ‘est une lutte incessable entre le bien et le mal ;et malgré les périls et les injustices, l’innocence peut triompher toujours et les criminels doivent être punis sans merci. Dans Phèdre il y a toujours cette dichotomie mal :bien, injustice :innocence, amour :passion(haine)

Ainsi, Hippolyte est ce jeune charmant, fils d’héros inconstant et aventureux. Hippolyte au contraire gardant les vertus de son père et les défauts, est un exemple de dévouement, d’amour humain, noble et réel. Cependant,Oenone et Phèdre accaparent les vices de l’homme les plus execrables :la haine, la calomnie,l’ injustice,les mensonges.

Valeurs de la pièce:

 Phèdre est une pièce tragique mais aussi instructive.Ce sont des leçons humaines qu’on peut en tirait :

-L’amour et le respect des parents

-La fidélité :Théramène pour Hippolyte et Oenone pour Phèdre.

-La hàte des jugements peut-etre néfastes sur la vie et le devenir des etres .

-L’innocence triomphe toujours .

-parfois on est poussé au crime sous l’influence des autres(Phèdre a suit aveuglément les conseils de sa nourrice).

-Il faut toujours faire appel à la raison et ne pas être esclave à son cœur.