Outil gratuit et accessible à tous

Créer un site web

le français pour l'élève au lycée

http://des-cours-divers.jimdo.com/                         

L'énonciation,la focalisation,phrase simple/complexe...

discours direct et indirect, champs lexicaux...(à améliorer plutard)

 

                     La phrase simple/ la phrase complexe :

 


         Lisez et observez les phrases :


1-        1- Sa femme l’a quitté.

2-          2-Il pleure de détresse toute la nuit.

3-           3-   « Je t’offrirai des perles de pluie et je caresserai la terre jusqu’après ma  mort »                       J.BRÈLE

4-           4-«  Ces pluies viennent des pays où il ne pleut pas » ibid.

5-           5- « il faut oublier le temps qui s’enfuit déjà » ibid.


    Répondez aux questions suivantes :


ü                       De combien de verbes se composent P1, P2?

- P1 et p2 contiennent chacune un seul verbe (quitter, pleurer)  

ü                       Comment appelle-t-on une phrase qui ne contient qu’un seul verbe?

- C’est une phrase simple.

ü                  De combien de verbes se composent les phrases 3,4 et 5?

- P3, P4, P5 se composent de deux verbes chacune

ü              Comment on appelle ce type de phrases?

- Ce sont des phrases complexes car elles se composent au moins de deux verbes.


        Remarques : les phrases complexes peuvent être ainsi reliées par :

v-  Coordination : il chante et pleure, je suis petit mais courageux…

v-  Juxtaposition (sans mots de liaison) : « je le vis, je rougis, je palis à sa vue »  J. Racine

v-  Subordination (dépendance) :  

-          Complétive : Je crois qu’il fait beau

-          Complétive infinitive : je veux quitter ces lieux.

-          Subordination relative (qui, que, dont, où, quoi, auquel) : j’ai rencontré l’homme dont tu m’as parlé.

-          Subordination de cause : il ne peut pas venir puisqu’il parvenir

-          Subordination de but, de temps, d’opposition, de condition...

 

 



La focalisation/ les points de vue :


La focalisation est la manière dont un écrivain adopte en racontant une histoire par rapport à ses personnages. Il y a trois types de focalisations :


1-      Focalisation zéro : (omnisciente)

Le narrateur sait plus que ses personnages. Il sait leur passé, leur avenir, leur pensée et leurs sentiments. Ce point de vue est plus subjectif et réduit l’imagination du lecteur : exemple

Ahmed ne regretta pas son geste, mais il pensa à la façon dont il doit agir devant la colère de ses parents. Depuis qu’il avait six ans, il n’aimait que cette fille.


2-      Focalisation externe : ici le narrateur sait moins que son personnage. Il ne raconte ainsi que ce qu’il voit ou entend telle une caméra. Trop objectif, l’auteur laisse plus de liberté au lecteur pour analyser et commenter. Exemple :

Ali s’arrêta un moment, puis se dirigea vers la petite auberge. Il met un pantalon noir et une veste presque rouge et porte sa valise par la main droite et un journal par la main gauche. Un  doux sourire  se dessina sur son visage bruni par le soleil de l’été.


3-      Focalisation interne : dans certains écrits le narrateur s’infiltre dans l’âme et le corps  de son personnage et deviennent UN. LE narrateur raconte par le regard et la pensée d’un personnage. Quand  il s’agit de l’autobiographie ou du journal intime par exemple, la focalisation est toujours interne, car le narrateur est en même temps le  personnage principal. Il sait mieux parler de ses sensations et de ses secrets et de sa propre pensée. ex:


 "  Je n’aimais ni Abderrahmane, ni sa boutique. 

    Je me couchai, mais le sommeil avait fui mes paupières. Je rêvai longtemps à des cierges monumentaux, décorés de dentelles de papier finement ajourées par une main patiente, de rasoirs étincelants, de tambours en forme de sablier, de lustre en fer chargés de godets de cristal. " AHMED Séfrioui  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 Le discours direct et indirect :


-             Le discours direct


    P1-« Ma mère prépare le thé » dit sidi Mohammed

     P2- « Ma mère prépare le thé »  a dit sidi Mohammed.


Qui a dit le message entre guillemets?  Sidi Mohammed.

* Est-ce qu’on a changé ses paroles?  Non. Elles sont rapportées telles qu’elles étaient prononcées, directement.

*Qu’est-ce qui le montre? Les guillemets «.. .», le verbe introducteur, les deux points (:).


-               Le discours indirect :


   P1- Sidi Mohammed dit que sa mère prépare le thé.

   P2-Sidi Mohammed   a dit que sa mère préparait le thé.


* Dans ces phrases s’agit-il de la même personne qui parle? Non, c’est le narrateur qui parle. Les paroles sont rapportées  de manière indirecte.

* Quels sont les changements apportés à ces phrases?

-                -Supprimer les deux points, les guillemets,

-                -On a commencé par le verbe introducteur

-               -On a ajouté un mot subordonnant (que)

-               -  On a changé le temps des verbes entre guillemets et les adjectifs possessif.

Règle de changement des temps :


-Si le verbe introducteur est au présent ( ou au futur) le temps des verbes entre guillemet ne change pas.


-Si le verbe introducteur est dans un temps du passé (passé composé, passé simple, imparfait, plus que parfait…), le temps des verbes entre parenthèse doit changer ainsi :

 

 

 

Discours direct

Discours indirect

-présent

-imparfait

-passé composé

-Plus que parfait

-Passé simple

-futur simple

-futur antérieur

-imparfait

-imparfait

-plus que parfait

-plus que parfait

-passé simple

-condit. Présent

-conditionnel passé

 

 

On doit aussi changer les adverbes de temps et d’espace :

 

 

Discours direct

Discours indirect

-aujourd’hui

-demain

-hier

-avant-hier

-il y’a deux ans

-dans trois jours

-après demain

-la semaine prochaine

-la semaine dernière

 

 

 

-ce jour-là/le jour-même

-le lendemain

-la veille

-l’avant-veille

-deux ans auparavant

-trois ans plus tard

-le surlendemain

-la semaine suivante

-la semaine précédente

 

 

 

Autres transformations :

Impératif : partez! Ordonna  le père

è Le père ordonna de partir.

è Le père ordonna  qu’on parte. (subjonctif)


Ainsi :


Discours direct

Discours indirect

-impératif

-quand

-Combien

-Où

-À quel moment

-Comment

-de+infinitif/subjonctif

-quand

-combien

-Où

-À quel moment


-comment

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les champs lexicaux   الحقول الدلالية    

Un champ lexical est un ensemble de mots (verbes, noms, adjectifs, adverbes) ou d’expression qui renvoie au même sens. Exemple :

دور/قيمة الحقول الدلاليةValeur des champs lexicaux :  

  Ils permettent de délimiter les idées principales un texte et d’en relever facilement les thèmes essentiels.

Dans un seul texte, on peut trouver plusieurs champs lexicaux qui s’opposent ou qui se complètent. Exemple : le désespoir/lespoir, la nature/le bonheur, la religion/la p

 

 

1- L'énonciation:vient du verbe énoncer qui signifie: dire, annoncer, déclarer ou s’exprimer par la parole, par l’écr it ou par un autre moyen et qui nécessite un locuteur(celui qui parle) et un interlocuteur(celui à qui on parle).

2-La situation d’énonciation signifie le contexte et les circonstances de l’énoncé et toutes les informations contenues dans le message.On peut facilement les repérer en répondant aux questions suivantes : - qui parle ? – à qui parle-t-il ? – où on parle ? – quand ? – pourquoi (objectif et but de l’énoncé) ? EXEMPLE :

- D Dans quelques jours, je partirai voir mes parents à Oujda. Tu peux m’y accompagner.

3-Les marques de l’énonciation : (ou indices)

- Repérer les marques de l’énonciation c’est relever tous les éléments qui montrent que quelqu’un parle et s’adresse à une personne donnée dans une situation et un but donnés.

Ainsi il faut relever :

- L les pronoms personnels je, nous (locuteur) / tu, vous pour le destinataire.

- L les adjectifs possessifs : ma, ta la mienne, le sien…

- L l les adverbes de temps : maintenant, aujourd’hui, ce matin …

- L l les adverbes de temps : ici, là-bas, dans un endroit…

- L le temps des verbes : le présent de l’énonciation (moment où on parle), présent de vérité,

I imparfait ou passé composé (événements antérieurs à la situation d’énonciation), ou le futur (pour des événements postérieurs à la situation d’énonciation).

E Exercice d'application: relevez les marques de l'énonciation dans ce texte:

 

 

"Qu "Quand je serai grand, je porterai de belles djellabas blanches qui seront lavées tous les jours...j'aurai aussi quarante chats qui m'obéiront toujours. Ils ne feront jamais de saletés dans les coins.

-Oh - Mon fils, jamais ta femme n'acceptera de veiller sur ton troupeau de chats"

Texte modifié d'après La boîte à merveilles de AHMED Séfrioui.

  

  

l'oxymore:

  

Observer le corpus:

-Le soleil noir de la mélancolie.       Nerval

-Les homme de l'esprit se hâtent lentement.    De Maucroîx

-L'élite de la boue. V.HUGO

 Conceptualisation:

L'oxymore est une antithèse rapprochée. C'est une figure de style qui réunit deux termes de sens contraire à l'interieur d'un même groupe de mots.Ce groupe peut être:

-N+adj(1)

-V+adv(2)

-N+Compl.de nom(3)

Son effet: créer la surprise et nous forcer à penser ou à s'interroger sur le sens de ce rapprochementet cette opposition.

Exercice:

Soulignez  l'oxymore dans ces phrases et indiquez sa nature(adj,N,v,adv)

-Il ne venait du ciel qu'une clarté blême.v.h

-Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits.  Baud

-L'air n'avait que des caresses glaciales.Gide

-Cette obscure clarté qui tombe des étoiles.Corn.

-Lassez(ma tête) s'apaiser de la bonne tempête.Verl

-On se promène immobile dans des pays que l'on croit voir.Flaub.

-J'écoute à demi transporté le bruit des ails du silence.S.Amant

  

  

  

               Le schéma narratif

 

 

Chaque récit ou histoire a un début et une fin.

Le schéma narratif est l'ensemble des cinq (5)étapes qui emmène d'un début à une fin. 

1) La situation initiale (L'incipit) 

          - Début du récit : rien ne s'est encore véritablement passé.un certain équilibre est établi(tranquilité-stabilité)

          - Le temps employé est généralement l'imparfait(description)

 Le début répond à ces questions:-Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? Pourquoi ? Comment ?.

         - l'auteur informe sur lle lieu et le temps de l'histoire et les personnages.

 

2) L'élément perturbateur  

         - Un évènement perturbe la situation initiale et altère la sérénité et la paix du début.

        - La perturbation est souvent signalée par un indice temporel tel que un jour, un matin, soudain, alors, tout à coup...

        - le temps employé devient le passé simple.


 

3) Les péripéties  

        - Série d'actions ou d'aventures qui s'opèrent emmenant après la perturbation  

4) L'élément de résolution (le dénouement) 

       - le héros trouve la sollution.

 

5) La situation finales 

      - la fin et le retour à l'équilibre de la situation initiale.Tout est rendu en ordre.

  

  le shéma actantiel:

 


 

le schéma actantiel ( créé par  le linguiste et sémioticien russe Algirdas Julien Greimas en 1966) désigne toutes les forces (actants) qui influencent sur le comportement des personnages et agissent sur leurs relations et leurs action dans un récit.

le schéma narratif se compose de:

 

- le sujet: personnage  qui a un but, qui cherche à accomplir une mission

-l'objet: ce que cherche ce personnage( réussite, argent, marriage, amour

-le destinateur: ce qui pousse ce personnage à agir( que ce soit une idée, un personnage ou une chose...comme l'amour , la vengence, les parents, une amante..) 

le destinataire: celui qui va profiter de cette mission( ce personnage lui-même, ses proches, la société.....)

-les adjuvants: ceux qui aident le personnage.

les opposants: ceux qui s'opposent aux projets du héros.

 

File:Schéma actantiel.svg

                                                                image d'aprés wikipédia

 

 

NOTE: on peut appliquer le schéma actantiel à un ou à plusieurs personnages.

Exemple d'un schéma actantiel(le dernier jour d'un condamné):

 

 

 

   le destinateur:                                                                   le destinataire:

-l'instint d'aimer                                                                       le condamné, sa fille..

la vie et de craindre la mort

 

                                               l'objet: éviter la mort

                                   

                  

                     

                                                le sujet: le condamné à mort

 

   Adjuvants:                                                                 les opposants

  L'avocat                                                                   -les bourreaux, la foule

                                                                                     -le huissier, la société,

                                                                                        les juges...

 

Les registres littéraires

 

Les registres: chaque texte a un ton qu’on appelle registre ou tonalité. Ce ton peut ; à travers un champ lexical déterminé et des procédés stylistiques et langagiers( figures de style, interjections, exclamations, négation, questions oratoires, exagération, mots forts…) ; renvoyer à la souffrance, à la pitié ou à la moquerie…et suscite auprès du lecteur plusieurs sentiments : la pitié, la compassion, l’indignation, la colère, le rire…

Les types de registres littéraires :

Le registre pathétique :

Vient de (pathos) qui veut dire la souffrance et la douleur. Le lecteur est touché et sent la pitié envers le personnage et son état déplorable.

Le registre tragique :

Est souvent relatif à la mort ; le personnage est confronté à une mort certaine et pris dans une situation sans issue comme dans les tragédies ou le héros est devant une mort inévitable.

Le registre ironique :

Certains auteurs utilisent ce ton pour critiquer de manière indirecte

L’ordre établi ou pour véhiculer un message de moquerie et de refus d’un comportement ou d’une idée qu’il juge banale ou inacceptable…

 

Exercices corrigés(copiés)

 

  Précisez le registre littéraires des extraits et justifiez votre réponse:

1- , c'est trop cher " (chapitre IX

 

2- " Les hommes, je me rappelle l'avoir lu dans je ne sais quel livre où il n'y avait que cela de bon les hommes sont tous condamnés à mort avec des sursis indéfinis. Qu'y a-t-il donc de changé à ma situation ? " (chapitre III)

 

3- " Je voulus répéter à haute voix ce que je lui avais déjà dit ; plutôt cent fois la mort ! Mais l'haleine me manqua, et je ne pus que l'arrêter rudement par le bras, en criant avec une force convulsive : Non ! " (chapitre II

 

4- )" Depuis que je suis sorti de l'infirmerie, il m'est venu une idée poignante, une idée à me rendre fou, c'est que j'aurais peut-être pu m'évader si l'on m'y avait laissé. Ces médecins, ces sœurs de charité, semblaient prendre intérêt à moi. Mourir si jeune d'une telle mort ! " (chapitre XV)

 

5- " Le matin du quatrième jour, le substitut du procureur général se dit, en mettant sa cravate : " - il faut pourtant que cette affaire finisse - " (chapitre VIII)

 

6- " Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j'habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids. " (chapitre I)

 

7- " Ah ! qu'une prison est quelque chose d'infâme ! il y a un venin qui salit tout. Tout s'y flétrit, même la chanson d'une fille de quinze ans ! Vous y trouvez un oiseau, il a de la boue sur son aile ; vous y cueillez une jolie fleur, vous la respirez : elle pue. " (chapitre XVI)

 

8- " ... seul à seul avec une idée, une idée de crime et de châtiment, de meurtre et de mort ! est-ce que je puis avoir quelque chose à dire, moi qui n'ai plus rien à faire dans ce monde ? " (chapitre VI)

 

9- " L'odeur étouffée de la prison me suffoquait plus que jamais, j'avais encore dans l'oreille tout ce bruit de chaînes des galériens, j'éprouvais une grande lassitude de Bicêtre. " (chapitre XVI)

 

CORRIGE :

1- Tragique.

2- Ironique /

3- Pathétique.

4- Pathétique.

5- Ironique. 6- Tragique.

7- Pathétique.

8- Tragique.

9- Pathétique.

bail=des baux

émail=des émaux...etc

 , 

      Le discours indirect libre

 

 

 

  

Le discours indirect libre rapporte les paroles sans rompre la continuité du récit.

Le style indirect libre garde les marques du discours direct et du discours indirect.

En fait, le discours indirect libre  n'a pas de subordonnant "que"  et le ton de la phrase ressemble à celui prononcé au discours direct( comme si c'est la persoone elle-même qui parle).

En même temps, au discours indirect libre s'opèrerent les mêmes transformations du dicours indirect(temps, personnes, adjectifs possessifs, adverbes de temps et de lieu)

Comment reconnaître le discours indirect libre?

-Il y a souvent un terme introducteur( ou expression):

 

Elle changea la voix.Elle n'était pas obligée de se soumettre à ces lois futiles; elle devrait réagir et personne n'avait le droit de l'arrêter.

-Cette expression introductrice peut être au milieu de l phrase ou l'énoncé ou même à la fin:

Il devait l'attendre.IL avait longtemps cru  à son innocence,pensa-t-il.